Aujourd'hui une lecture que j'ai vraiment apprécié même si je suis loin des coups de coeur de certains... Je m'explique!

dernière terre

Fiche d'identité: Magali Villeneuve, La Dernière Terre tome 1 L'enfant merehdian, L'Homme Sans Nom, 2012, 451 pages, 21 euros 90

L'histoire: Au sein de Tileh Agrevina, cité capitale des Cinq Territoires, les prestigieux arpenteurs veillent depuis des siècles du haut du mur qui les entourent et au delà duquel il n'y a que de la brume. Cahir, l'un d'entre eux, est pourtant rejeté car il est issu des Giddires, peuple méprisé, sous estimé. Ghent Ildorne, lui-aussi arpenteur, est le fils du haut capitaine et l'un des seuls à traiter Cahir correctement. Reghia, fille du plus riche commerçant de la ville, aimerait s'échapper de l'emprise de ce tuteur. Feor vit lui dans le plateau gamaride, et tient la ferme qu'il a reçu en héritage. Bienvenue dans l'univers de La Dernière Terre, qui est sur le point de basculer...

 

Mon avis: une série très prometteuse!

J'ai lu ce livre dans le cadre d'une LC avec Tsuki, je vous invite d'ailleurs à aller voir son avis. Si pour elle c'est le gros coup de coeur, je vais réserver mon jugement pour le second tome.

En effet, ce tome et de ce fait mon jugement sont victime de ce que j'appelle depuis peu "la malédiction du tome trop introductif". Je suis d'accord que sur une série de six tomes, on ne peut pas dévoiler tous les fils de l'intrigue dès le premier tome. Je suis d'accord qu'on ne peut pas tout de suite se lancer dans de multiples actions... Je suis d'accord que quand on construit un univers riche et qu'on le construit bien, comme l'est celui de la dernière terre, il faut bien un tome d'introduction. Mais voilà, je lisais, je lisais, je trouvais çà agréable, et puis à un moment j'ai relevé le nez et je me suis dis: je m'ennuie un peu... Et puis d'un coup il se passe quelque chose à laquelle on ne pensait pas du tout qui nous ramène dans l'histoire et puis après il faut un long moment pour que l'action revienne... Bref, j'en veux plus!!! Et j'en aurais voulu plus dès ce premier tome.

L'autre soucis, qui n'a pas aidé, est que malgré les qualités littéraires indéniables du style de Magali Villeneuve, je l'ai parfois trouvé un peu trop froid, trop lisse. Je l'avoue, j'ai parfois buté sur des phrases que je trouvais trop hachées, trop carrées à mon goût. Par contre je la remercie d'avoir pensé aux lecteurs à petite mémoire comme moi et d'avoir mis un glossaire avec les personnages en fin de livre ^^.

Mais on ne peut pas nier que ce livre possède nombre de qualités. Deux gros points forts sont pour moi à mettre en exergue:

          - la navigation entre les personnages. D'un chapitre à l'autre, on se glisse alternativement dans la peau des différents personnages de ce livre. Au détour d'un chapitre on en découvre un autre, qui n'était parfois pas encore connu, on se glisse juste une fois dans la peau d'un, on retrouve avec envie un autre. Cette alternance est parfaitement maîtrisée et m'a permis de découvrir avec plaisir chaque personnage, même si j'en aurais bien giflé un ou deux. On vit vraiment au sein de cet univers et on peut s'attacher à l'un comme à l'autre. Chacun a son histoire, ses dynamiques, sa part de mystères...

          - l'implantation de mystères par ci par là qui vont porter l'intrigue de La Dernière Terre. Mine de rien, l'auteur nous a glissé des passages plus ou moins grands qui nous laissent dans des flous tels qu'on se dit: "tant pis j'avance sans comprendre mais je le garde dans un coin de ma tête", et ce dès le prologue. J'adore cette façon de procéder car j'ai vraiment réfléchi, cogité durant ma lecture, et là encore je suis frustrée mais cette fois-ci c'est légitime.

Rajoutons à cela une couverture juste sublime...

Bref, je lirais la suite de cette série qui a un énorme potentiel mais qui ne m'en a pas donné assez pour ce premier tome.

Maia